AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Scène I acte I: Entre le prince dans un nouveau royaume...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Pharamond O. Edelstein
Club de Lecture/Ecriture
Masculin Messages : 30
Date de naissance : 10/10/1990
Date d'inscription : 04/01/2015
Âge : 28
Job : Écrivain
Côté coeur : En couple...[S'il tient la distance]
Personnage en trois mots : Hermaphrodite, Rêveur, Prince.

Carte d'identité
Année scolaire: 2 ème
Dortoir & numéro de chambre: Dortoir B - Chambre n°08
Colocataires: Kanra Iehisa
avatar
MessageScène I acte I: Entre le prince dans un nouveau royaume...- posté le Dim 1 Fév - 23:22

◄► Il était une fois... ◄►
C'est alors qu'apparut le renard.
-Bonjour, dit le renard. ..
-Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se retourna mais ne vit rien.
-Je suis là, dit la voix, sous le pommier.
-Qui es-tu ? dit le petit prince. Tu es bien joli..
-Je suis un renard, dit le renard.
Viens jouer avec moi, lui proposa le petit prince. Je suis tellement triste...
-Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé
-Ah ! pardon, dit le petit prince.
"Et il dit...et il dit..." Il lui dit quoi ? Qu'aurait-il pu lui dire ? Que peut-on dire à une femme qui ne sait pas que son mari la trompe, qu'elle est adultère. C'est le mot. Adultère. Petit, j'imaginais que ce mot était comme un Adulte Hélicoptère. Je trouvais ça vraiment sympathique comme idée. Mais j'ai vite appris que mes idées, que je trouvais pourtant loin d'être idiote, n'étais pas toujours les meilleures. Adultère est un mot bien triste pour décrire le pire crime, plus odieux des crimes. Celui de l'amour. Avec cependant la mauvaise victime. Pourtant, dans mon histoire, il faut qu'il y ait un adultère. C'est ce que l'on trouve dans toute bonne pièce de théâtre. Seulement, personne ne veut entendre un mot qu'il redoute tous les jours lorsqu'ils prennent du bon temps au théâtre. A l'heure actuelle, plus personne ne veut de dramaturge. Leur vie se suffit à elle-même pour cela. Et je trouve très triste ce fait.

Et le vent se mit à souffler. Emportant les feuillets de la pièce qu'écrivait Pharamond. Ce vent coquin qui dansait avec les papiers criblés de notes d'une écriture liée penchée rappelant les correspondances d'antan. Un soupir las sortit des lèvres légèrement brillantes de Phara, qui regardait le papier s'en aller loin, retomber pour glisser ensuite. Certaine feuille allait se perdre dans les arbres, se prenant pour leur homonyme. D'autres s'écrasaient sur les visages nouveaux des japonais et des étrangers du coin. Et tandis qu'il y avait de bonnes âmes qui les pêchaient en vol, Phara se contentait de voir son oeuvre partir au quatre vent. "Adieu" pensa-t-il. "Puisses-tu trouver ton chemin et rencontrer quelqu'un qui saura quoi faire de toi..." Et sous les yeux perplexes des inconnus, Phara reprit le chemin du pensionnat.

Comment appelle-t-on un chien sans pattes ? On ne l'appelle pas, on va le chercher. Qui m'avait raconté cette blague idiote ? L'avais-je entendue dans un transport ? Je ne sais plus. En tout cas, elle m'avait faite rire sur le moment. Mais quand je m'en souviens, je n'arrive même pas à me rappeler le son de mon rire. C'est triste. Mais aujourd'hui est un jour nouveau. Je ne dois ni penser à ma tristesse, ni aux chiens sans patte. Je dois penser à une seule chose, atteindre ce pensionnat. Ma dernière chance de trouver une place quelque part, histoire de terminer, un jour enfin, mes études. Ce n'est pas facile dans ma situation. Mes parents sont bien patients de déménager au gré de mes frasques. Mais est-ce réellement de ma faute ?

Phara ne passait pas inaperçu. Avec son long manteau bleu roi aux épaulettes dorées. Avec une tenue princière aux teintes céruléenne. Un jabot d'un blanc immaculé le protégeant du froid en ce mois de janvier. Il avait promis à sa mère de ne pas se montrer trop extravagant au premier jour de la rentrée. Mais il savait que sa mère ne le saurait jamais. Et puis...et puis les japonais avaient aussi des styles très particulier. Il avait remarqué cela, ne serait-ce que dans les goûts vestimentaires des quelques amis qu'il s'était fait ici. De toute manière, Phara faisait ce qu'il voulait la plupart du temps. Tant qu'il ne causait de tort à personne...

J'adore la couleur que choisit la nature pour s'habiller en hiver. Lorsque la neige s'en est allé, laissant uniquement le doux parfum du renouveau. Le printemps arrive et les oiseaux chantent sur fond de ciel gris. Et le pensionnat se découpe dans ce décor merveilleux. Le Japon et ses arbres. Je suis certain que cette allée est magnifique lorsque les arbres sont en fleurs. Il y a peu de gens qui circulent...le froid les fait fuir probablement. Moi, j'ai hâte de pouvoir commencer les cours. Il est dit qu'il y a des clubs ici. Il faudra que j'en choisisse un. Ou deux. J'aime beaucoup cette idée. Dans certaines écoles où je fus, il n'y en avait pas du tout. Je ne sais si c'était parce que les professeurs trouvaient que c'était une perte de temps ou parce qu'ils n'avaient pas confiances aux élèves. Aussi, dire que je suis heureux de pouvoir être ici, oui. J'espère que ça va durer.

_Vous êtes mademoiselle Edelstein ?
_Pardon ?
_Êtes-vous mademois...
_Vous devez faire erreur. Je suis un garçon.
_Oh mais...Oh...
_Ce n'est rien. Mais évitez de vous tromper...cela risque de me mettre dans une bien méchante situation.
_Oui pardon...vraiment...

Cela arrivera encore. Il le sait. Pourtant, l'administration devrait être au courant. On l'a inscrit en tant que garçon et non de fille. Un choix de ses parents. Un choix difficile pour madame, plus simple pour monsieur. Ce qui compte, c'est de trouver un endroit sain. Sans préjugé, sans pottin. Un endroit où il pourra vivre la vie comme il l'entend. En Il s'il le souhaite. le Elle est plus difficile à supporter.

_Voulez-vous un guide ?
_Je ne voudrais pas déranger !
_Oh...mais vous savez, je peux faire appeler quelqu'un.
_Alors avec plaisir. Cela m'évitera des désagréments. Je ne suis guère doué lorsqu'il est question d'aller d'un point A à un point B. La preuve en est qu'au théâtre, j'ai beau savoir ce qu'est la cours et le jardin, je continue d'aller du côté jardin quand on me dis cours...


Le rire est clair, mais la blague n'a pas été une réussite. Phara n'a pas le même sens de l'humour que les gens de son âge. Pourra-t-on dire: N'a pas le même sens de l'humour que les gens de son époque ? De Notre époque ? Sûrement...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anders Drew Vakarian
Bibliothécaire
Masculin Messages : 24
Date de naissance : 03/07/1992
Date d'inscription : 27/07/2014
Âge : 26
Job : Bibliothécaire
Côté coeur : //

Carte d'identité
Année scolaire:
Dortoir & numéro de chambre: Dortoir A/B - Chambre n°XX
Colocataires:
avatar
MessageRe: Scène I acte I: Entre le prince dans un nouveau royaume...- posté le Mer 4 Fév - 23:35

Les journées se suivent et se ressemblent. Anders ne s'ennuyait pas, pas encore en tout cas, mais il avait sombré dans une routine qui avait un peu anesthésié sa motivation. Réveillé à 7h, il prenait rapidement un petit-déjeuner, toujours le même : un bol de céréales, un toast et un café. Puis il s'habillait, aujourd'hui il avait simplement enfilé une chemise en jean, un pantalon noir et son manteau bleu, vu que le blanc était partie à la machine. Ensuite il sortait de chez lui et prenait la direction du pensionnat, pour traîner quelques minutes en salle des professeurs avant de rejoindre sa bibliothèque.

Il y avait toujours les mêmes élèves : ceux qui séchaient les cours tous les jours et savaient qu'il ne disait rien. Ils n'étaient pas nombreux, à peine deux ou trois, et s'il n'allait pas les reporter à l'administration c'était principalement parce qu'il estimait qu'ils avaient assez de problèmes comme ça. Quand ils n'étaient pas là, ils avaient les surveillants sur le dos et ses tendances de justicier l'avaient poussé à les laisser venir ici tant qu'ils étudiaient. Ce qu'ils faisaient et, du coup, ils se maintenaient à une bonne moyenne malgré leurs absences répétées.

Et, de temps en temps, son téléphone sonnait, un appel de l'administration. Comme aujourd'hui. Cela faisait bien longtemps qu'il prétendait que la bibliothèque était vide à cette heure-là pour ne pas attirer plus de problèmes à ses habitués, et pour ses supérieurs c'était visiblement le signe qu'il était disponible à tout instant pour faire un travail qui n'était pas le sien. Il décrocha donc et, même si cela dérangea sûrement les quelques élèves présents, ne prit pas la peine de baisser la voix. Ça aurait paru étrange, vu qu'il était censé être seul.

-Oui ?
-Monsieur Vakarian ? Vous êtes libre ?
-Bien sûr, vous savez bien que les élèves sont en cours à cette heure-ci.
-Nous accueillons un nouvel élève aujourd'hui. Est-ce que vous sauriez lui servir de guide ?

De guide ? Oui, ça ne devrait pas poser de problème, il était là depuis assez longtemps pour connaître le pensionnat. Peut-être pas dans ses moindres recoins, vu qu'il ne passait pas son temps à explorer, mais suffisamment pour guider un nouvel élève.

-Oui, sans problème. Dites-moi juste où...
-Nous sommes dans le hall.

Et elle raccrocha. Après l'avoir coupé dans sa question. Anders soupira. Décidément, les surveillants et les autres membres du personnel avaient tendance à le prendre pour un homme à tout faire... ou pour un robot. Il n'avait rien contre le fait de guider un élève, non, il aurait juste apprécié qu'on le lui demande poliment, pour une fois. Malgré tout, il se leva et confia la bibliothèque à un de ses élèves avant de sortir pour se rendre dans le hall.

La femme qui lui l'avait réquisitionné était là, téléphone en main. Elle sembla soulagé de le voir arriver et il se demanda ce qui pouvait bien la mettre aussi mal à l'aise. Elle fit rapidement les présentations avant de s'éclipser. Il s'appelait donc Pharamond Edelstein. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'avait pas un prénom très commun. Il avait un visage plutôt féminin, d'ailleurs. Anders avait l'habitude de voir des androgynes, mais c'étaient plus souvent les élèves japonais que les élèves étrangers. Il ne s'attarda pas trop longtemps sur son apparence, de peur de créer une situation gênante, et l'invita à le suivre.

-Est-ce que tu sais déjà quelle chambre, quel dortoir on t'a attribué ?

Bien sûr, il lui présenterait d'abord tout le bâtiment principal vers lequel ils se dirigeaient. Mais il préférait lui faire visiter directement le bon dortoir pour qu'il n'ait pas besoin d'emmagasiner trop d'informations sur des lieux où il n'aurait aucune raison de se rendre. Déjà que le pensionnat était grand, ce n'était pas la peine d'en rajouter.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

D'you wanna know me ?

Paroles en :
#003366 Japonais || #cc3300 Anglais

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pharamond O. Edelstein
Club de Lecture/Ecriture
Masculin Messages : 30
Date de naissance : 10/10/1990
Date d'inscription : 04/01/2015
Âge : 28
Job : Écrivain
Côté coeur : En couple...[S'il tient la distance]
Personnage en trois mots : Hermaphrodite, Rêveur, Prince.

Carte d'identité
Année scolaire: 2 ème
Dortoir & numéro de chambre: Dortoir B - Chambre n°08
Colocataires: Kanra Iehisa
avatar
MessageRe: Scène I acte I: Entre le prince dans un nouveau royaume...- posté le Jeu 5 Fév - 2:26

◄► Un bibliothécaire... ◄►
C'est alors qu'apparut le renard.
-Bonjour, dit le renard. ..
-Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se retourna mais ne vit rien.
-Je suis là, dit la voix, sous le pommier.
-Qui es-tu ? dit le petit prince. Tu es bien joli..
-Je suis un renard, dit le renard.
Viens jouer avec moi, lui proposa le petit prince. Je suis tellement triste...
-Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé
-Ah ! pardon, dit le petit prince.
Je ne sais plus qui a dit que l'erreur est humaine. Si elle est humaine, si toute faute est pardonnable selon moi, il en reste dés qui me font tourner le dos à ce principe. Moi qui n'aime pas le conflit, aurait bien pu le faire en voyant le malaise de la dame qui m'a accueilli. Elle a téléphoner à un "guide", qu'elle m'a gentiment proposé, sans vraiment sembler le faire parce que c'était ce qu'il y avait à faire. Parce que c'était aimable de sa part. Elle semblait l'avoir fait comme si j'avais été un pestiféré et qu'il valait mieux me donner à quelqu'un d'autre. Me refiler.

Quelque peu vexé par le comportement de la secrétaire, Phara tripotait une des franges dorées qui pendait de sa veste, caressant parfois son velours bleu roi. Il était un peu fatigué du voyage et savait qu'il allait devoir le refaire en sens inverse pour rentrer et préparer ses affaires avant de venir s'installer ici. La secrétaire, après avoir conclu sa conversation, lui tendit un feuillet assez épais et lui sourit maladroitement. Ce faux sourire fit sourire tout de même Phara. Un sourire aimable, mais froissé. Il se demandait si c'était le fait qu'il y ait eu méprise ou la nature de Phara qui mettait cette femme mal à l'aise. Là de ses réflexions, elle vit arriver un homme à la chevelure de jais et disparaître la secrétaire, probablement soulagée de ne plus avoir à faire avec ce nouvel élève un peu particulier.

Sans un mot, il est arrivé et sans un mot, je l'ai suivit. Je parcourais des yeux le dossier qu'on m'avait tendu et je me rendis compte que le sexe n'avait pas été précisé. Probablement une erreur. Ou alors les gens de l'administration pensait que j'étais une de ces gamines du moment, qui se cherchent et se disent garçon parce que c'est cool. Mais non. Je ne suis pas comme eux. De mon ongle, je gratte l'endroit marqué: Mâle. Comme si j'espérais qu'une marque apparaîtrait. Mais rien. Si ce n'est la voix de l'homme aux traits juvéniles.

_Est-ce que tu sais déjà quelle chambre, quel dortoir on t'a attribué ?
_Hmm ? Ha. Ce doit être là... Ses doigts fins parcouraient rapidement le document et il tira une feuille où il put lire Dortoir B...Chambre n°08

Le pensionnat avait l'air grand. Plus grand que ce qu'il avait pensé en venant. Plus grand que ce que sa mère avait dit une fois, il y a une semaine, pendant le repas. Et les portes, les couloirs, se ressemblaient tant et si bien que Phara savait que s'il avait le malheur de lâcher son guide, il se perdrait. Il le savait, car il n'était pas très doué en orientation. Cependant, il savait aussi et non sans un certain soulagement, que la plupart des bâtiments scolaires se ressemblaient et qu'il n'aurait cas faire fonctionner sa logique et sa mémoire. Aussi, il se concentre non plus sur le dossier qu'il tenait contre lui, mais sur les explications de son guide.

Cet homme sent bon. Je ne vais pas le lui dire, mais il sent bon. Il a l'odeur que l'on trouve dans les bibliothèques. Je me demande s'il l'est. Bibilothécaire. Peut-être est-ce un élève ? Non. Cela m'étonnerait fortement. J'ai cru voir dans le dossier que c'est l'heure des cours.

Son guide n'était pas beaucoup plus grand que lui. Phara en avait l'habitude. C'était chouette d'être un étranger au Japon. Car les japonais était souvent de petite taille et il était ainsi plus facile pour Phara de faire croire qu'il était réellement un garçon. Sa taille ne pouvant pas le trahir...c'était ses traits qui le faisaient par contre. Mais cela, il ne pourrait rien y changer, même s'il essayait très fort. Si ce n'est par la chirurgie...et bien que désireux de peut-être un jour changer réellement son sexe, il n'était pas trop pour le fait de passer sous les scalpels.

_Excusez-moi, mais...quelle est votre fonction dans cet établissement ?

Ainsi parlait Phara. On pourrait le lui reprocher. Un enfant de son âge qui parle comme un homme d'un autre temps. Mais c'était comme ça. Il n'avait jamais su se mettre à la page. Jamais su suivre les autres et écorché la langue telle qu'il l'avait apprise. Que ce soit en japonais, comme là, en français ou en allemand. Ni en toutes les langues qu'il maîtrisait...peut-être un peu moins en anglais, mais c'était simplement parce qu'il avait un accent allemand marqué lorsqu'il s'essayait à cette langue. Celle de Shakespeare, qu'il admirait tant.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anders Drew Vakarian
Bibliothécaire
Masculin Messages : 24
Date de naissance : 03/07/1992
Date d'inscription : 27/07/2014
Âge : 26
Job : Bibliothécaire
Côté coeur : //

Carte d'identité
Année scolaire:
Dortoir & numéro de chambre: Dortoir A/B - Chambre n°XX
Colocataires:
avatar
MessageRe: Scène I acte I: Entre le prince dans un nouveau royaume...- posté le Lun 2 Mar - 4:52

_Hmm ? Ha. Ce doit être là... Dortoir B...Chambre n°08

Le dortoir B donc. Ça l'arrangeait dans un sens, il avait eu quelques ennuis avec une élève du dortoir A et avait fait de son mieux pour ne pas y remettre les pieds depuis un bon bout de temps. Comme il n'avait pas besoin d'y aller pour sa petite visite guidée, il ne s'y forcerait pas. Les deux dortoirs étaient foncièrement les mêmes, de toute manière, donc si jamais il avait besoin d'aller dans le dortoir A pour une raison quelconque, il ne se perdrait pas.

En attendant, il s'évertua à lui expliquer le système des couleur dans les couloirs. Ce n'était pas très compliqué, il n'y avait que quatre couleurs pour quatre grandes catégories (vert pour les sciences exactes, violet pour les sciences humaines, bleu pour les arts et jaune pour l'administration). Pour l'instant, ils se trouvaient dans les couloirs jaunes, étant donné que les salles de cours étaient un peu plus loin (ou plus haut).

_Excusez-moi, mais...quelle est votre fonction dans cet établissement ?

Il avait un façon étrange de s'exprimer. Ce n'était pas dérangeant, ça lui rappelait seulement sa façon à lui de parler au début de ses cours de japonais (avec l'accent en moins), avant qu'il ne s'adapte au langage de ceux qui l'entouraient et ne perde un peu son ton formel. Et une part de son accent, même s'il était plus ou moins conscient que toute une vie ne suffirait jamais à l'en débarrasser et qu'il parlerait toujours comme un américain, au moins une fois de temps en temps.
Quant à savoir si la situation était similaire ou si c'était juste un garçon extrêmement poli, Anders n'avait aucun moyen de le savoir.

-Je travaille dans la bibliothèque.

Il n'utilisait plus beaucoup le mot "bibliothécaire". Ça avait pris une connotation trop négative dans l'esprit de beaucoup de gens, et il avait fini par se lasser du regard surpris qu'on lui lançait à chaque fois qu'il annonçait son métier (un regard qui signifiait plus ou moins "Bibliothécaire ? Mais tu es jeune et aimable !"), comme si tous les bibliothécaires devaient être de vielles dames aigries et mal-aimable. Il trouvait ça ridicule.

-C'est de ce côté, accolé à la salle informatique.

Anders désigna la direction d'un signe de la main. La bibliothèque se trouvait dans l'angle entre les couloirs violets et les verts, comme s'ils n'avaient pas réussi à décider dans quel type de sciences les ranger.

HRP : J'ai un peu inventé pour l'organisation des salles, vu qu'on a pas de plan concret de l'intérieur du pensionnat. Et désolé pour le retard, j'ai des horaires alternées et c'est pas toujours évident ^^

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

D'you wanna know me ?

Paroles en :
#003366 Japonais || #cc3300 Anglais

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageRe: Scène I acte I: Entre le prince dans un nouveau royaume...- posté le

Revenir en haut Aller en bas

Scène I acte I: Entre le prince dans un nouveau royaume...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Rayen :: 
Extérieur
 :: Le hall & l'agora.
-
|| Partenaires ||